search
top

Le culte des génies en Birmanie ou Nat Pwe.

En janvier 2017, je guide un petit groupe de quatre voyageurs pendant 21 jours. Nous venons de Mawlamyine capitale de l’Etat Mon à l’Est de Rangoun et sommes en route pour le Rocher d’Or quand j’aperçois au loin une fête. Il s’agit d’un Nat pwe,cérémonie en l’honneur des génies. Sans hésitation, je demande au chauffeur de s’arrêter carje veux faire vivre ce rite aux participants. Une courte présentation de ce culte animiste est nécessaire. L’installation du bouddhisme à Pagan, la première capitale birmane, même avec le soutien des souverains et de la cour, n’a jamais pu effacer la pratique ancestrale du culte des génies (les Nats) qui par essence, étaient les gardiens du royaume, de ses habitants et de leurs foyers, de la famille royale et de la dynastie. Au nombre de 37, ils sont installés dans un petit temple de la pagode Shwezigon. Les Nat sont morts de mort violente et craint par les Birmans qui leur vouent un culte. Sur les marchés de Birmanie, on peut voir des noix de coco enrubannées de rouge. Elles sont vouées à être offerte sur l’autel du Nat appelé le Seigneur de la montagne ou Monsieur Beau qui réside au Mont Popa près de Pagan. La légende raconte qu’un forgeron à la force surhumaine est mort brûlé vif sur ordre d’un roi que le craignait.

Revenons à la cérémonie. Nous nous installons au bord de la route pour être aux premières loges.Revêtus de leurs plus beaux habits, les médiums, des hommes efféminés, dansent au son d’une musique endiablée. Le médium est appelé « épouse du Nat » et il est chevauché par lui.

Enivrés d’alcool de palme, de rhum de Mandalay, fumant cigarette sur cigarette,ils entrent en transe possédés par les génies. La médiumnité est liée à une crise de vie qui est interprétée comme un état d’amour entre le futur médium et le Nat. Le Rocher d’or se situe l’Etat Mon où on vénère un génie féminin animal et non humain « la Dame bufflesse de Pegu » qui en fait était la mère nourricière d’un enfant qui a dû lui trancher la tête pour monter sur le trône. Nous voyons l’un des médiums s’emparer d’un masque représentant une tête de buffle, s’en recouvrir la tête et virevolter devant l’autel et l’orchestre. Une participante le lève et asperge les offrandes de parfum. Nous réalisons que nous avons une chance inouïe d’être spectateur d’une fête typiquement birmane. La Birmanie pays de légendes et de fêtes ne finira jamais de nous éblouir.

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

top