search
top

La pollution des autres est-elle vraiment plus sale que la notre ?

Au travers de cet article nous voulons traiter du sujet de la pollution et plus précisément de la perception de celle-ci parle voyageur venu d’ailleurs. Nous pensons que cela peut être un vrai choc culturel, lors d’un voyage à l’étranger ! L’un des buts d’Une autre vision étant de vous montrer qu’il est possible de voyager autrement, en découvrant bien d’autres manières d’envisager les choses et non pas au travers d’une image erronée par nos filtres culturels habituels.

Cet article nous semble une bonne entrée en matière pour vous présenter notre site. Comme vous le lirez au travers de ces lignes, une simple question à soi-même sortie d’une expérience de voyage, peut nous mener assez loin dans la réflexion, cela nous amène à nous poser bien des questions. Des questions qui nous ramènent à nous mais qui sont aussi d’actualité Mondiale !

La première question qui me vient lors de l’écriture de cet article est :

Pourquoi voulons-nous traiter ce sujet ?

Les deux réponses qui nous viennent instinctivement sont :

  • C’est le sujet principal du volontariat auquel nous avons participé en collaboration avec SVI (service volontaire international) et GIED (Global Initiative for Exchange and Developement). Ce volontariat nous a apporté bien des éléments, une vision bien différente de cette problématique, de cette difficulté mais cela nous à surtout amené bien des questions, qui pointent dans des directions bien différentes de ce qu’on aurait pu imaginer.
  • La deuxième raison serait plutôt liée au filtre culturel et à la compréhension de chacun de ces mêmes filtres. En lisant ou en entendant ci et là certains commentaires des fois désobligeant, nous nous sommes dit qu’il y avait une réelle distorsion des faits !

Décès raisons est née une autre question :

Cette distorsion, vient-elle de nos filtres culturels ?

 Bien sûr en 3 mois de voyage aux Philippines ou même en deux semaines de volontariat sur la question de l’écologie et plus particulièrement sur la gestion des déchets nous ne sommes pas devenus des experts en recyclage ou en gestion des déchets, aux Philippines. Nous ne sommes pas non plus des experts en gestion de la pollution mondiale, par contre je pense pouvoir dire que cela nous a ouvert la voie à nous poser de nouvelles questions et de ce fait peut être trouvé de nouvelles réponses !

Peut-être est-il le moment de vous préciser ce que vous ne trouverez pas dans cet article ou sur le site :

  • Des réponses toutes faite sur les problématiques soulevées !
  • La solution !

Je pense d’ailleurs que vous ne trouverez pas cela non plus en voyagent ou en faisant, un volontariat international, mais ça je vous laisse le découvrir par vous-même J.

Une dernière étape qui me semble importante avant que l’on se pose tout un tas de questions ensemble serait, je pense, de me présenter à vous, mais sous l’angle de l’écologie. Une présentation peut aussi avoir tout un tas de distorsions J et je pense que c’est important pour que vous puissiez comprendre notre vision, notre questionnement !

Je suis quelqu’un (Une autre vision) de plutôt éco sensible dans l’âme,je peux facilement m’interroger sur ce sujet, je pense être capable de faire la distinction entre le faisable et l’irréaliste. Je peux facilement m’emporter sur un tel sujet car il touche une de mes sensibilités. Je ne suis pas pour faire de l’écologie un sujet à la mode, fashion ou même un sujet électoraliste et populiste, sauf si ça aide bien sûr, par contre je suis pour avoir un débat de fond constructif dans une vision d’avenir à court comme à long terme, je ne pense pas pour autant être un éco-extrémiste, je pense chercher, que dans un absolu, nous tendions vers un mieux !

 

Parcourant le monde à la recherche de beau endroit, beau moment, belle rencontre, à l’écoute et étant impressionné du nombre de culture, savoir-faire aussi divers que variés que composent notre planète. Émerveillé de la vaste biodiversité autant dans la faune que dans la flore sur terre, dans les airs ou dans les océans. Fortuné de constater ces dernières années de voyages que la planète n’est pas si dangereuse qu’on nous le laisse entendre parfois.Ravi chaque jour de constater que le genre Humain n’est pas si mauvais et que bien au contraire il tend vers la même recherche de joie et de bonheur. Réaliste et au clair de ce que beaucoup appel la mondialisation, d’autres le développement, certains le capitalisme ou encore l’universalisation. Au fils de nos aventures riches en tant de domaines différents qu’il me serait impossible de tous vous les citer, il y atout de même un point redondant qui peut être troublant et qui pourrait être vécu violemment, vous l’avez surement compris, je parle bien sûr de la pollution !!

Dans les différents pays, régions, îles que nous avons traversées, et sachez qu‘aucun ne fait exception pour l’instant, bien des choses nous ont marquées :

 

  • La disparition pure et simple de certains ilots par la montée des eaux vécues sur une vie d’homme !
  • Des dunes de sable où les adultes d’aujourd’hui jouaient quand ils étaient enfant, ont simplement disparues, enfouissant des arbres que l’on voit à marée basse !
  • Des forêts entières ont disparues en quelques années sur la seule volonté de l’Homme !
  • Des lacs et rivières qui abreuvaient bien des tribus ont été détournés, asséchées pour des minerais dits précieux !
  • Les poissons qui dans leur jeunesse étaient abondant sont tombés aujourd’hui à peau de chagrin !
  • Des déchets jonchent la terre que nous foulons ou la rivière dans laquelle nous nageons ou même l’océan que nous traversons !
  • Des villes construites sur les poubelles des grandes villes ! (Comprenez bidon ville)
  • Des carcasses de voiture, des vieux pneus, des déchets plastiques, des cannettes, les mégots de cigarette, … qui sont juste un quotidien même dans les zones les plus reculées que vous pensiez préserver !
  • A certain endroit la terre n’est plus que déchets non dégradable sur des dizaines de mètre de profondeur ! (Je parle aussi de nos décharges)

Où que nous regardions, que ce soit dans l’eau, sur terre, dans l’air et même dans l’espace la pollution laissée par l’homme est une constante !

Je cite ici bien des choses qui pour certain sont loin de leur paysage visuel habituel, qui sont une banalité quotidienne pour certain et à plus grande échelle une réalité pour tous. Un vrai choc peut attendre certains voyageurs, volontaires internationaux mais, et surtout, un problème bien plus vaste et complexe qu’il n’y parait !

Je lis, j’entends et je vois beaucoup de choses sur ce sujet ! Des choses très intéressantes et d’autres plus décevantes qui me semble être chargées de jugement et surtout à mon sens manquant de compréhension, et là, il me vient une série d’autres questions :

  • A-t-on tous l’accès à la même information sur ce sujet ?
  • L’information sur la pollution est-elle claire, limpide, facile à comprendre ou justement elle est plutôt difficile, noyée et complexe à comprendre ?
  • Sait-ont ous distinguer le vrai du faux dans ce domaine ?
  • Nos systèmes éducatifs respectifs nous informent-il tous sur cette problématique ? Et le font-il bien ?
  • Ont-ils proportionnellement les mêmes moyens, budget pour arriver à leur fin ?
  • Le système de mon pays est-il parfait ?
  • Existe-t-il un système parfait, et à quel prix ?
  • A-t-on tous, la même définition du mot pollution ?
  • Avons-nous tous les mêmes mesures mise en place ?
  • Avons-nous tous pensé aux mêmes solutions ?
  • Avons-nous tous les mêmes problèmes ?

J’entends régulièrement des personnes vivant mal cette pollution visuelle et je le comprends ! J’entends aussi régulièrement ces mêmes personnes critiquer cela, critiquer le système en place, l’éducation, ou même directement les indigènes et là, j’ai envie de leur demander :

  • C’est comment chez vous ? Raconter moi ! faites-moi rêvez !

Car pour moi, jusqu’ici, comme je vous le dis ci-dessus, ce problème est une constante ! A chaque fois, je me demande, si, ils, elles ont conscience que le problème est bien plus large et bien plus complexe ! Mais au faite, cette réaction de leurs parts ne vient-elle pas d’ailleurs ? Ne s’agit-il pas d’autre chose ? :

  • S’agit-il d’un mode de défense, face à une chose inhabituelle ? (Inhabituelle dans le sens, hors du champ de vision de tous les jours)
  • À moins que leur réaction vient encore d’autres choses?

Ceci me ramène à ma question de départ :

  • Cette distorsion, vient-elle de nos filtres culturels ?
  • De même que le problème en lui même ?
  • La pollution est-elle liée à la culture ?

A ceci un début de réponse me vient,il n’engage que moi bien sûr :la réponse à cette question aurait tendance à aller vers le non car oui en effet la solution du problème semble tenir en autre dans la compréhension de la culture de chacun car chacun perçoit la pollution de manière différente, entre autres au travers de ces filtres culturels mais pas que !Les polluants, les déchets quant à eux il me semble avoir bien plus à voir avec l’économie, l’offre et la demande, qu’avec la culture des peuples … voilà pour moi une piste de réponse au problème. Cette piste me vient entre autres de l‘expérience vécu lors du volontariat international aux Philippines sur le thème de la pollution et l’écologie mais aussi de ces dernières années de nomadisme.

 

Me voilà arrivé au bout de cet article qui aura je l’espère ouvert, en tout cas, des pistes de réflexion quant au jugement hâtif que l’on peut, peut-être faire parfois, il n’a pas pour vocation de trouver des solutions mais juste peut être d’ouvrir la voie vers une discussion plus profonde en collaboration avec tous et pourquoi pas commencer par nous-même ou lors d’échanges internationaux.

Je vous invite à lire l’article qui relate le camp de travail sur base de l’échange de volontaires internationaux sur le thème de l’écologie et la pollution, le texte écrit telle une histoire ouvre aussi quelques pistes de réflexions, enfin du moins c’est en ce sens qu’il a été écrit. C’est d’ailleurs ce voyage de 4 ans et ce volontariat qui est à la base de ce texte, de cette réflexion, sur cette perception de pollution visuelle et de déchet omniprésente aux Philippines.

Au plaisir de vous lire en retour de ce texte, n’hésitez pas à nous contacter contact@uneautrevision.com pour commenter, critiquer et ainsi ouvrir encore bien d’autre piste de réflexion. Le Projet Une autre vision est en constante évolution. Tenez-vous informé des mises à jour via la newsletter ou grâce à notre compte Facebook. N’hésitez pas aussi à nous contacter si vous avez des questions, des idées, des suggestions, des avis ou juste pour nous dire bonjour, ça nous fait toujours plaisir.

Phil et Marieke vos globetrotteurs.

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

top