search
top

île de Koh Sdaek au Cambodge

Vous rêvez d’une île tropicale frangée d’une mer transparente, avec un décor de  rêve ? Une île que la foule n’a pas encore envahie, une île magnifique, qui a du caractère, une île rare ? Pensez à Koh Sdaek.

Elle est située à la pointe sud-ouest  du Botum Sakor, vaste territoire sauvage qui sépare la baie de Kompong Saom de la frontière thaïlandaise, c’est à dire  dans la partie ouest des eaux cambodgiennes.  Par l’effet des courants et des vents, la mer est là plus claire qu’ailleurs, la nature y est jusqu’ici préservée – les plongeurs, l’appellent « le jardin ».

Koh Sdaek, autrefois réservée aux voyageurs aventureux, est aujourd’hui moins difficile d’accès. A partir de la nationale 48 qui relie la RN4 à Koh Kong, quelques km après le pont de Andoung Teuk, une large route traverse en diagonale le Botum Sakor et après environ 50 km vous conduit au bord de la mer, juste en face de Koh Sdaek.

Là, lieu-dit Poï Yapon, vous laissez votre voiture, votre vélo, votre moto, et vous embarquez « pieds dans l’eau » dans un  canot en plastique.  10 à 20 minutes de traversée rapide, giclé par l’eau de mer s’il y a un peu de vagues, et vous accostez à une échelle rudimentaire : vous êtes à Koh Sdaek.

C’est une île en longueur, la seule vraiment habitée du petit archipel qui s’étend vers le nord et vers le sud. Entre mer et hauteurs couvertes de forêt c’est, le long d’une rue unique, une succession de petites boutiques et de modestes maisons de pêcheurs formant un « village linéaire, sans trace encore de tourisme.

A partir du débarcadère, où aller ? Plutôt vers le sud, vers la gauche. A  un  embranchement, à  droite, vous atteignez  facilement la côte ouest. Vous trouverez là plusieurs logements possibles : une rangée de bungalows qui  surplombe un espace rocheux avec une vue grandiose sur la mer; vers la gauche d’autres bungalows, suivis du précieux restaurant « Chez  Yvonne ». Ce n’est pas luxueux, mais vous aurez là une cuisine et une ambiance, grâce à  Didier le patron, qui vous laisseront amplement satisfait et que vous aimerez prolonger.

Mais vous pouvez aussi, revenant à la rue principale, pousser vers le Sud, reconnaitre une pagode, et atteindre au-delà le petit « resort» Belinda Beach: superbement situé, dominant le bras de mer animé par les bateaux de pêche, avec une île proche, et la côte en fond de paysage, il compte 4 chambres, avec un restaurant, une piscine en plein air, une succession de terrasses jusqu’au rivage, une plage …

Sur le chemin du retour, à l’endroit le plus mince de l’île, vous rejoindrez, par un très court trajet sous les cocotiers, la côte ouest : une jolie petite plage, des rochers aux formes surprenantes, des îles posées sur la mer pour le plaisir de l’œil, ne manquez pas ce lieu  préservé !

Koh Sdaek, c’est aussi une base de départ pour les explorateurs d’îles quasi-vierges, et pour les plongeurs qui apprécient la bonne visibilité des fonds et la richesse des espèces marines.  Ceux-là ne souhaitent pas que l’île soit « aménagée » pour le tourisme, ni même qu’elle soit connue. N’en parlez à personne  !

Il existe en fait un énorme projet chinois d’aménagement touristique de les côtes sud et ouest du Botum Sakor, avec terrains de golf, port, aéroport, …  Les travaux sont en cours. Ce sera l’objet d’une autre chronique.

http://amaritaco.com/

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

top