search
top

L’abbaye de Fontcaude, le vestige roman du Languedoc

Si vous passez les vacances dans la région Occitanie et le Languedoc-Roussillon, passez par Cazedarnes !  Cazedarnes est une commune française du département de l’Hérault, reconnue pour ses vignobles mais aussi pour son abbaye, l’abbaye de Fontcaude ou fontaine chaude.

Cette ancienne abbaye de prémontrés date du XIIe siècle : c’est le seul héritage de l’architecture romane dans le Languedoc. Elle a été érigée en 1154 à la demande de Saint Norbert, qui fut un personnage important au Moyen Age.

L’enceinte abrite de sublimes sculptures qui datent vraisemblablement du XIIIe siècle. Ces œuvres d’art ont été réalisées en l’honneur du Maître de Fontcaude.

L’abbaye de Fontcaude occupa une place importante dans le développement du clergé. En 1154, année de construction de l’édifice, une communauté ecclésiastique essentiellement composée de moines qui dépendaient autrefois de l’abbaye d’Aniane (du diocèse de Béziers), s’est installée au nord de la berge du ruisseau de Fontcaude.

Au cours de l’année 1165, ces moines ont été rejoints par des moines de l’abbaye de Combelongue. Ils se sont implantés sur la rive gauche du même fleuve, qui dépend du diocèse de Narbonne.

L’histoire de l’abbaye de Fontcaude connue un réel essor en 1180, lorsque le pape Alexandre III l’érige en tant qu’abbaye suite à différents pour parler et accord entre les religieux et les moines des deux rives du Fontcaude.

L’abbaye de Fontcaude dépend désormais de l’ordre des Prémontrés, directement rattaché au diocèse de Narbonne. Ainsi, son premier abbé, l’abbé Bernard, est chargé d’entreprendre la pose de la première pierre des bâtiments abbatiaux ainsi que l’église.

En 1318, l’abbaye change de rattachement et devient ainsi une abbaye du diocèse de Saint-Pons. Au 15e siècle, l’abbaye connaît un autre revirement et tombe en décrépitude petit à petit. Ses abbés n’y éluent plus résidence, mais perçoivent une partie des revenus du monastère. C’est la naissance de la pratique de la commande.

Puis, sont survenues les guerres de religion du 16e siècle, qui menèrent l’abbaye à la ruine vers 1567, tout comme les abbayes de Saint-Chinian et Saint-Pons. Puis en 1577, la bâtisse fut pillée par des groupes menés par le capitaine Bacon, un personnage originaire de Pierrerue, un village voisin de la cité et qui se réclamait du protestantisme.

Au 17e et 18e siècles, l’histoire de l’abbaye connaît un énième rebondissement : elle est désormais occupée par une petite communauté de six religieux. Ces derniers subsistent dans des bâtiments en partie en ruine.

C’est en 1784 qu’un autre abbé a été nommé, l’abbé Aimé des Moulins de l’Isle. Il ne fut pas longtemps en place du fait que l’abbaye a été vendue comme bien national en 1791. Elle fut ainsi démembrée.

Depuis, les bâtiments de l’abbaye ont été transformés soit en exploitations agricoles, soit détruits pour en faire une carrière de pierre. Mais l’abbaye n’en était pas à son premier malheur… elle survécut.

Ce n’est qu’au 20e siècle, dans les années 60, que les bâtiments furent rachetés par l’association des amis de Fontcaude et que commença la restauration tant attendue… L’abbaye de Fontcaude est aujourd’hui une construction classée monument historique.

Près à visiter l’abbaye restaurée ? Découvrez le programme de la visite ici.

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

top