search
top

Le Tarn-et-Garonne est la destination idéale pour les amoureux de la nature et de vacances « slow tourisme ».

Constitué de paysages variés allant de la vallée de la Garonne et des coteaux du Quercy aux falaises vertigineuses surplombant la rivière Aveyron, toutes les activités sont à votre portée. La vélo voie verte le long du Canal des Deux Mers offre un circuit tranquille et sécurisé sur plusieurs centaines de kilomètres parmi les plus beaux paysages et villes et villages du Sud-Ouest : Valence d’Agen, Moissac, Montauban).

 

Les Gorges de l’Aveyron sont le lieu idéal pour la pratique des sports plus actifs comme le canoë, l’escalade, la randonnée, et la spéléologie dans un cadre naturel à couper le souffle. Tout le département présente un maillage exceptionnel de randonnées, dont le Chemin de Saint Jacques de Compostelle de Lauzerte à Auvillar. Le Tarn-et-Garonne a de quoi satisfaire tous les appétits de nature, de culture, de loisirs, de sports, de convivialité et de gastronomie.

http://www.tourisme-tarnetgaronne.fr/

A

LE TOURISME TOUT EN DOUCEURS

TOURISME EN
TARN-&-GARONNE,
DOUCEUR DE
VIVRE !
C’est bon de savoir d’où on vient. C’est bon d’y être attaché. C’est bon de revenir s’y ressourcer. Je suis un enfant du Tarn-&-Garonne, je suis né il y a maintenant quelques années à Montauban et j’en suis fier. Et je sais ce que je dois à ce pays qui est le mien.
Aurais-je eu le goût de devenir chef si ma mère n’avait pas mijoté des bons ragoûts de canard dans sa cuisine de la caserne Lahire avec les produits qu’elle avait trouvés sur le marché de Villebourbon ?
Aurais-je compris le plaisir que peuvent procurer les saveurs aux gens si je n’avais pas eu moi-même le plaisir de sentir l’odeur des biscuits Poult en rentrant de l’école dans les rues de mon enfance ?
Aurais-je acquis ce coup de main qui est le mien si je n’avais pas appris mon métier auprès de Marcel Delmas dans la maison qui portait son nom près de la Place Nationale ?
Aurais-je développé le goût de travailler les bons produits si mon grandpère
ne m’avait pas fait découvrir le goût d’un chasselas sur une tranche de pain avec trois gouttes d’huile d’olive ? Je n’ai pas appelé le premier restaurant que j’ai ouvert “Le violon d’Ingres”
par hasard. Ma ville et mon département sont une part importante de moi-même. Et ce n’est surtout pas qu’une question de nostalgie.
Le Tarn-&-Garonne aurait, paraît-il, été créé par Napoléon lui-même, en posant sa main gauche sur une carte pour remercier les Montalbanais de l’avoir bien reçu. Déjà, dans nos gènes, nous avions fait preuve d’une belle détermination.
Je perçois toujours cette belle énergie dans le Tarn-&-Garonne d’aujourd’hui.
Certes notre département est petit, mais il dégage une telle vitalité, qu’à côté de Toulouse, se met en valeur aujourd’hui un patrimoine singulier et nature propice aux belles rencontres. Les touristes qui cherchent à dénicher des gens et des lieux magnifiques, authentiques et résolument
ouverts aux autres l’ont compris. Le succès des ballades le long du Canal des Deux Mers réaménagé pour les vélos et les piétons en sont un magnifique exemple que les clients de mon restaurant de
Montech apprécient énormément. Ce département qui est le mien me fait plaisir et m’inspire, je suis sûr que chacun qui y passera du temps en percevra la singularité.
“On ne devrait jamais quitter Montauban” disait Lino. Je crains que quiconque vienne chez nous ces
jours-ci ne fasse sienne cette devise ! Et que le
Bonheur soit entre la fourchette et le couteau !

Christian Constant

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

top