search
top

Comment résister à l’appel du Laos ?

 

Bordé par la Chine, le Cambodge, le Vietnam et par la Birmanie se trouve une destination quelque peu insolite : le Laos ! La République démocratique populaire du Laos ne dispose pas d’une ouverture sur la mer, mais il n’en demeure pas moins qu’elle recèle une myriade de pépites.

Ce pays enclavé qui du reste sait se faire discret gagnerait certainement à s’ouvrir davantage au tourisme international. D’incroyables découvertes attendent les voyageurs fébriles à l’idée de s’imprégner de la culture et des charmes du Laos.

Luang Prabang

Considérée à juste titre comme étant la plus jolie ville de la République populaire démocratique du Laos, Luang Prabang se situe au confluent de la rivière Nam Khan et du fleuve Mékong. Possédant pléthore de temples, cette ville peut se prévaloir d’abriter le fameux Wat Xien Thong. Il n’y a pas mieux que Phu Si Hill pour quiconque désire immortaliser un coucher de soleil de toute beauté.

Quelques jours à Vientiane

Pha That Luang
C’est à Vientiane que se rendent toutes celles et tous ceux qui désirent ardemment visiter un monument bouddhique emblématique du Laos. Il s’agit bel et bien du Pha That Luang et ce dernier présente notamment la particularité d’être recouvert d’or. Ce monument datant de 1566 a fait l’objet de nombreuses restaurations, et ce en raison des multiples invasions du pays…
L’accès aux jardins est gratuit et la visite du temple coûte l’équivalent de 0,50 centime d’euros.

Vat Sisakhet

Ce temple est de toute évidence le plus ancien de la ville. Son architecture a indiscutablement été influencée par le style thaï et c’est d’ailleurs grâce à cela qu’il n’a pas été complètement détruit par les Thaïlandais (royaume de Siam) en 1828. Il faut débourser environ 1 euro pour visiter le Vat Sisakhet de Vientiane.

Vat Phra Keo

Voisin du Vat Sisakhet, ce temple qui a tout de même été détruit à deux reprises par les Siamois présente la particularité d’avoir hébergé le fameux bouddha d’émeraude que l’on peut observer de nos jours dans le Palais royal de Bangkok.

Les chutes de Li Phi
Communément appelées « Somphanit » par une partie de la population, l’accès à ces chutes requiert d’emprunter des sentiers qui sillonnent à travers la jungle. Bien que les chutes de Li Phi ne soient pas très hautes, il va sans dire qu’elles ont le mérite de se situer au cœur d’un paysage à la fois superbe et sauvage. Il est recommandé de s’y rendre en scooter ou à bicyclette pour les plus sportifs. Rares sont les visiteurs à s’y rendre à pied. Pour information, de plus en plus de visiteurs louent un kayak dans le coin afin de bénéficier d’un point de vue unique sur les chutes.

Les chutes de Pha Peng

Assurément plus facilement accessibles que celles de Li Phi, force est de reconnaître qu’il y a comme un air de déjà vu. En effet, les chutes de Pha Peng ressemblent étonnamment à celles de Li Phi. Prochent du poste-frontière de Voen Kahm, les chutes de Pha Peng bordent la route numéro 13. Toutefois, il est à noter que les visiteurs peuvent y accéder à l’aide d’un bateau depuis une île.

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

top