search
top

Repérage d’un trek hors sentiers battus en Thaïlande

Je m’appelle Daniel Gerbault guide en Asie du Sud-Est et auteur du site www.apsaraventure.com En 2005, je décide de partir en repérage à pied dans une région de Thaïlande hors sentiers battus : le parc national de Tung yai classé par l’Unesco où subsiste la forêt sans doute la mieux préservée de Thaïlande. Nous sommes deux, ma petite cousine et moi-même. Je vis en Thaïlande depuis les années 80, je parle le thaï couramment. Je trouve facilement des pisteurs karen parlant le thaï. Ils s’avèreront indispensables car le risque de se perdre est réel. Nous marchons 6 à 7 heures par jour essentiellement en forêt. Nous franchissons des ponts en bambou, des cascades. Parfois nous croisons des bonzes itinérants qui parcourent les zones reculées de Thaïlande pour méditer. Ils ont choisi cette partie de la Thaïlande car les villages sont éloignés les uns des autres, l’endroit idéal pour se méditer et se ressourcer.

Cette forêt exubérante, elle nous enchante, les sons stridents des cigales et les cris des gibbons retentissent par moment. Nous logeons dans des villages de l’ethnie karen ethnie qui vit des deux côtés de la frontière. Je voudrais en venir au village karen de Letongku qui nous a marqué à jamais. Nous y arrivons après sept jours de marche car nous sommes partis de Sangklaburi plus au sud. Ce village coquet très étendu au pied d’une falaise et situé au-dessus d’une merveilleuse cascade nous enchante. L’hospitalité des Karen ne se démentit pas. Je connaissais déjà ce village pour y être allé en 2001 de Peung Kleung gros bourg frontalier à 5 heures de marche de Letongku. Le village était en effervescence car on attendait impatiemment la visite de SA la Princesse Sirinthone qui se rend régulièrement dans les villages des minorités ethniques reculés en hélicoptère pour inspecter l’école et le dispensaire flambant neuf financés par sa fondation. C’est à cette occasion que j’ai fait la connaissance d’un officier de police qui voyant mon intérêt pour ce village, m’a appris qu’un rapport sur les coutumes de Letongku avait été écrit par le premier policier en poste dans le village. Pour me le procurer, il fallait aller au QG de la police à Bangkok ce que je fis. Voir article sur mon site « culte chamanique karen »

Revenons au voyage de 2005. Ma petite cousine et moi décidons de passer deux nuits à Letongku chez le chef du village. Le deuxième jour, la chance est avec nous. Nous entendons le bruit caractéristique d’un hélicoptère, c’est sans doute celui de la police des frontières qui vient chercher un fonctionnaire ou apporter du ravitaillement. Nous nous dirigeons rapidement vers l’ hélicoptère pour demander au pilote s’il est d’accord pour nous ramener à Umphang. Il est d’accord. Nous survolons des falaises, des rizières et des forêts profondes. Le pilote fait une pause à Umphang et nous proposent de continuer le voyage en hélicoptère pour Tak. Les hélicoptères de la police et de l’armée thaïe sont des Bell que l’armée américaine utilisait lors de ses opérations pendant la guerre du Vietnam. La Thaïlande, pays allié des USA pendant le conflit indochinois, servait de base à l’US Air force qui a fait don de ses nombreux appareils lors de son retrait du pays au début des années 70. Depuis ce repérage, je me rends régulièrement dans cette région avec des groupes notamment à Létongku où je me suis fait des amis, Pa Wa et sa femme Po E qui nous hébergent lorsque je viens avec des groupes. Pa Wa et Po E.

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

top